Traction vitréo-maculaire et trou maculaire

Traitement traction vitréo-maculaire et trou maculaire
Sommaire

    Définition

    A partir d’un certain âge, le vitré, gel qui remplit l’œil, se détache de la rétine. On parle de décollement postérieur du vitré. En cas d’adhérence anormale entre la rétine et le vitré, en se détachant au niveau maculaire, le décollement postérieur du vitré peut entrainer une traction du centre de la macula (traction vitréo-maculaire) pouvant entrainer l’apparition d’un trou maculaire.

    La traction vitréo-maculaire se caractérise par un étirement des couches rétiniennes en regard d’une attache vitréenne sur la macula, sans discontinuité entre les couches. Le retentissement visuel peut être variable fonction de l’étendue de la traction. Soit aucun trouble visuel n’est ressenti (elle est alors asymptomatique), soit des métamorphopsies (déformations des lignes) voire une baisse d’acuité visuelle apparaissent.

    Le trou maculaire correspond à une perte d’épaisseur rétinienne au niveau du centre de la macula. Un trou maculaire de petite taille peut passer inaperçu, d’autant que l’acuité visuelle peut être compensée par le deuxième œil si celui-ci ne présente pas de pathologie. Les symptômes visuels seront démasqués à l’occlusion de l’œil sain.

    Les trous maculaires de plus grande taille se manifestent par une baisse d’acuité visuelle pouvant être accompagnée de métamorphopsies (déformation des lignes).

    Population concernée

    Les syndromes de tractions vitréo-maculaires et les trous maculaires apparaissent généralement chez les patients de plus de 60 ans. On estime environ 5000 nouveaux cas par an en France. 

    Les patients ayant un antécédent de trou maculaire sont plus à risque de développer un trou maculaire sur l’autre œil.

    Examens complémentaires

    Un examen du fond de l’œil sera réalisé permettant de diagnostiquer la présence du trou maculaire ou d’une traction vitréo-maculaire. Il permettra également d’évaluer l’avancée du phénomène de décollement postérieur du vitré.

    Une tomographie en cohérence optique (OCT) sera réalisée afin de visualiser la présence d’une traction vitréo-maculaire et de mesurer la taille d’un trou maculaire constitué. Il permettra de surveiller l’évolution, de juger de l’opérabilité et de caractériser le statut du décollement du vitré. 

    Une biométrie oculaire peut être effectuée en l’absence d’antécédents de chirurgie de la cataracte.

    Traitement

    En cas de traction vitréo-maculaire sans retentissement visuel, une simple surveillance par OCT sera proposée selon un rythme convenu avec votre chirurgien, en consultation. En cas d’apparition de symptômes visuels (baisse d’acuité visuelle, métamorphopsies) il sera proposé un acte chirurgical. La chirurgie consiste en une vitrectomie avec levée de la traction vitréo-maculaire pouvant être accompagnée d’injection de gaz. Actuellement, seul le traitement chirurgical a fait ses preuves pour le traitement des tractions vitréo-maculaires ou des trous maculaires.

    En cas de trou maculaire de petite taille, il peut être proposé au patient d’attendre quelques mois afin d’espérer une fermeture spontanée de ce trou. La fermeture de celui-ci est alors évaluée par une imagerie par OCT. Pour les autres trous maculaires, la prise en charge est chirurgicale. La chirurgie comprend une vitrectomie totale, avec +/- un pelage de la membrane limitante interne (couche la plus en surface de la rétine) et un remplissage de la cavité vitréenne de gaz. Un positionnement post-opératoire face vers le sol (position « bulle ») est préconisé dans les jours qui suivent la chirurgie. Une consultation post-opératoire régulière aura lieu avec votre ophtalmologiste afin de contrôler l’évolution.

    Sans traitement, un trou maculaire risque de s'aggraver. Il s’agrandit au cours du temps et entraîne alors une aggravation des symptômes et de la perte de vision. Les chances de fermeture du trou maculaire diminuent avec la grandeur du trou. Aussi, plus l’intervention est réalisée précocement, meilleures sont les chances de récupération visuelle.

    Il est possible de noter une baisse d’acuité visuelle secondaire dans les suites d’une vitrectomie en rapport avec l’apparition d’une cataracte. Celle-ci sera prise en charge chirurgicalement, permettant alors de maximiser la récupération visuelle finale.

     

    Les informations délivrées ci-dessus sont données à titre purement informatif.
    En raison de l'évolution des spécificités de chaque cas les informations délivrées ne seraient se substituer à celles qui vous seront délivrées en consultation.
    L’équipe médicale du Centre d’ophtalmologie Jean Jaurès.